Compostra quand les assos de quartier prennent en main le compost urbain

Le compost, indispensable pour réduire le volume de nos ordures ménagères et valoriser nos déchets organiques, est une pratique qui se doit impérativement de regagner du terrain.
La Ville de Strasbourg propose des options pour la rendre abordable à toute échelle, et nos associations de quartier gèrent une vingtaine de sites de compostage collectifs qui ne nécessitent qu'une simple adhésion. Compostra est notamment en charge de sites de compostage dans le Quartier des Quinze.

S’il y a bien une chose qui n’a rien à faire dans nos bacs bleus, ce sont nos déchets verts.
Pourtant, ils représentent encore 30% du volume de nos ordures ménagères. Une hérésie ! Les déchets verts sont composés essentiellement d’eau, et représentent un important gâchis d’énergie lors du processus d’incinération. En revanche… compostés, ils se transforment en humus, un excellent fertilisant naturel pour nos sols.

Le compost urbain à Strasbourg, des options à toute échelle

Et comment on fait, quand on habite en appart ? Mea Culpa, jusqu’à il y a quelques mois encore, à la coloc, on se complaisait dans l’excuse « en appart, c’est compliqué ». Mais on avait tout faux. Ça fait quelques années maintenant que Strasbourg a mis en place des réponses à tous les cas de figure.

L’Eurométropole subventionne l’achat de bacs à compost ou de lombricomposteurs individuels à hauteur de 40 euros. Elle subventionne et accompagne également tout projet de site de compostage collectif, et propose régulièrement des stages de compostage gratuits.

Compostage collectif de quartier

Du coup, les sites de compostage collectifs fleurissent au centre ville. Ils sont gérés par des assos de quartier, et on peut les utiliser à l’heure de permanence hebdomadaire moyennant une cotisation de 5 à 15 euros par an.

Chez nous dans le quartier des Quinze, c’est Compostra qui gère 6 sites pour un total de 300 foyers. Les bénévoles se relayent pour tenir les permanences, durant lesquelles ils vérifient que les usagers ne déposent que les déchets verts autorisés, et entretiennent le compost en ajoutant des copeaux de bois et veillent à ce qu’il reste bien aéré. Bien entretenus de la sorte, les bacs à compost ne dégagent aucune odeur, mais c’est sans compter les incongrus dépôts sauvages en dehors des bacs (allez comprendre), qu’il faut nettoyer régulièrement afin de maintenir la salubrité du site.

Dans la pratique, Compostra peine un peu à tenir le rythme : Chaque site n’a normalement droit qu’à 5 bacs à compost, pour un total de 50 adhérents, pour que la maturation puisse se faire sur place. Mais certains sites, comme celui de la place Arnold, sont saturés, et plutot que de refuser de nouveaux adhérents et les priver de compost, Eric Friess Guggenheim, président de l’association, a préféré trouver une alternative : transférer toutes les 6 semaines le compost jusqu’à un site de maturation à la Robertsau, mis à leur disposition par la Ville.
Compostra souhaiterait à l’avenir faire de ce site une plateforme locale de distribution de matière sèche. Actuellement, ils récupèrent des copeaux de bois chez les Compagnons du Devoir et du Tour de France, et en font profiter par la même occasion les autres assos de quartier. Les trajets, cependant, sont à leur charge et ils souhaiteraient voir la Ville prendre en charge une partie de la logistique.

Si l’envie vous prend, vous aussi, de lancer votre projet de site de compostage collectif, que ce soit dans une copropriété ou sur l’espace public, la Maison du Compost vous propose un accompagnement à chaque étape jusqu’à autonomie de votre site.

Rédigé par Sarah, avec l'aide d'Eric (Compostra)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'initiatives à Strasbourg